La maison arabe – Dar Arbi

Ce n’est pas spécifié dans le titre mais ce passage aussi est extrait de la Lignée du Cheikh

Les maisons de style arabe sont généralement construites sur un ou deux étages autour d’un grand espace à ciel ouvert de forme carrée appelé le patio, dans le style des haciendas andalouses, signe que les maures sont aussi passés par là. Le patio est le coeur de la maison, c’est là que se trouve la margelle qui recueille l’eau des pluies consommée pour la boisson, et la cuisine. C’est là aussi que l’on entretient quelques arbres fruitiers, des plantes fleuries et odorantes comme le jasmin ou le sambac dans des carrés de terre. C’est sur cette cour que toutes les pièces de la maison donnent. Dans deux ou trois angles du patio on retrouve des escaliers qui mènent aux pièces du deuxième étage. L’un des angles mène à la « skifa » sorte de corridor voûté qui conduit à la porte principale. La « skifa » peut être agrémentée sur le côté attenant à la porte d’entrée, d’une pièce meublée de bonnes proportions qui sert de chambre ou de vestibule d’accueil des visiteurs qui ne sont pas directement emmenés vers les pièces principales.

La maison arabe est intime, elle ne possède pas de façade qui donne sur la rue, aucune fenêtre non plus. Vue du dehors c’est un simple cube dénudé. Seule la porte principale forme la liaison entre intérieur et extérieur. Une fois cette porte franchie, -porte massive, en bois ouvragée pour les plus riches, simple pour les plus pauvres, pouvant s’ouvrir grandement sur deux pans, ou bien s’ouvrant seulement pour le passage d’une seule personne par l’intermédiaire d’une petite ouverture incrustée dans un des pans de la grande porte (« el khoukha »)- aucune information ne filtrait de la rue. Sur la porte il y a un heurtoir pour les visiteurs qui représente le plus souvent un poing fermé ou une tête de lion en fer forgé.

Cette architecture exprime tout à fait l’esprit et la culture mauresques. Tout se passe à l’intérieur, on ne fait que transiter dans les rues, les souks, les cafés, les commerces, les écoles et le reste. La vraie vie c’est chez soi qu’on la vit, protégée des regards extérieurs, close, renfermée, cachant les femmes et l’intimité aux regards étrangers, extérieurs. Toutes les femmes sont à l’intérieur tandis que les hommes entrent et sortent. Une maison arabe est assez vaste pour pouvoir accueillir deux ou trois générations.

La maison du Cheikh Mohammed se trouve dans le quartier de Bab Jedid. Le patio, centre de la maison, est très spacieux, de dimensions proportionnelles à la richesse de son propriétaire, et pavé de marbre. C’est la source principale de lumière et de soleil pour les pièces munies de portes et de moucharabiehs, sorte de grillage de jour en bois sculpté. Un bassin où l’eau coule d’une fontaine en marbre, entouré d’un citronnier, d’un grenadier et d’un oranger est au centre du patio. Sur chacun des quatre cotés sont cultivées toutes sortes de plantes, de fleurs et un jasmin majestueux, au milieu des branchages duquel perce la margelle. Un seau est posé sur un rebord qui sert à retirer l’eau du puits à chaque fois qu’on en a besoin. Un halleb* sur un plateau est posé sur l’autre côté du rebord, pour ceux qui veulent boire. Des arcades entourent le patio et protègent des galeries. Les différentes pièces d’habitation de la maison donnent sur ces galeries, et c’est l’une des raisons pour lesquelles le soleil filtre ses rayons tout doucement dans les chambres. La deuxième étant l’existence des moucharabiehs.

Si nous entrons dans la pièce principale de la maison nous allons trouver toutes les commodités qui permettent à un personnage de passer entièrement ses journées ici.

Divan recouvert de soie et de broderies, lit à baldaquin se trouvant à l’extrémité de la pièce et encastré dans une alcôve, chaises ottomanes, tables incrustées de nacre, niches sur les parois des murs, plafond en bois ouvragé,  tableaux datant de l’époque ottomane, bibliothèque, coffres en bois de santal pour contenir les vêtements et les bijoux, tapis précieux sur le sol. Des objets de valeur entreposés ici ou là, des vases arabes,  des porcelaines chinoises, des petites tasses à café sur un plateau, des narguilés, des vasques en cuivre ou en porcelaine pour se laver les mains, des flacons de parfum en verre coloré finement ouvragés.

La pièce est formée de trois piécettes, deux de chaque côté de la porte d’entrée et une autre lui faisant face en forme de croix privée de sa branche inférieure. La pièce de gauche sert de chambre à coucher où le meuble principal est placé à l’intérieur d’une sublime alcôve, à moitié caché aux yeux indiscrets par de lourdes tentures. La pièce de droite est essentiellement composée d’une bibliothèque et agrémentée ici ou là par des chaises confortables et des tables d’appoint, tandis que la pièce d’en face forme une sorte de salon ou de pièce de réception intime.

* halleb : bol en poterie, nu ou décoré, utilisé pour boire, préserve la fraîcheur de l’eau.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

12 Réponses to “La maison arabe – Dar Arbi”

  1. loisefenollcreation Says:

    Un texte frais et coloré, j’aime

  2. mizouila71 Says:

    Ah, une maison comme celle que tu décris, c’est mon rêve. Les maisons romaines étaient elles aussi construites sur ce plan, avec un patio. Les hauts murs de ces maisons renferment des trésors insoupçonnés et titillent notre imagination. Ta description est très vivante et plonge le lecteur dans cette atmosphère feutrée et intime de ces vieilles demeures.

  3. calicoquelicot Says:

    Merci de nous faire partager à travers ce billet certains aspects qui façonnent le quotidien d’un peuple. C’est en connaissant mieux l’inconnu que la différence s’estompera. Amicalement, KI.

    • Amina Says:

      Avec plaisir. Je note tout de même que les maisons de ce style sont maintenant cantonnées dans de très petits et vieux quartiers et que certaines, les plus jolies, ont été transformées en musées ou maisons de culture… Les Tunisiens de nos jours habitent dans des maisons occidentales, plus pratiques.

  4. beckielboo Says:

    Very good Amina, I could visualize this house just like it was a video. That is quite a talent!

  5. sousou Says:

    salem moi aussi je voudrai construire une maison dar arbi bioclimatique mais je ne trouve pas en tunisie il ne savent construire qu’on beton dommage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :