Archive for juin 2015

Le roi et la montagne

15 juin 2015

Il était une fois un roi qui savait parler à la montagne.

un jour qu’il n’avait pas spécialement grand chose à faire, le roi se rendit au pied de la montagne et dit :

-Qui est le plus grand, Ô montagne, toi ou moi?

-Moi, répondit la montagne sans hésiter.

-Et qui est le plus puissant, toi qui ne bouge pas, ou moi le roi de cette magnifique contrée et des contrées voisines?

-Moi, répondit encore la montagne.

-Est ce que tu peux m’écraser? demanda encore le roi.

-Non, répondit la montagne, je n’ai pas de pied.

Le roi rentra dans son palais et convoqua tout de suite le chef de toutes ses armées.

-Tu vas réquisitionner tous les hommes de la ville en âge de travailler, de 10 à 60 ans, en plus de tous les soldats ainsi que les habitants de tous les villages voisins, et ils vont creuser, frapper la montagne et prendre tous les débris et les éparpiller ailleurs. Chacun sera payé un sou par jour. Tu me rendras compte le jour où le travail sera achevé.

Stupéfait, le chef des armées s’exécuta tout de même.

Le lendemain tous les habitants de la ville et de ses environs, ainsi que tous les soldats étaient à l’oeuvre. Ils commencèrent par le sommet. Certains brûlaient les arbres et la végétation, d’autres piochaient la terre pour l’adoucir, d’autres remplissaient de grands couffins avec leurs pelles et les plus costauds les transportaient pour les éparpiller.

Tous les jours dès le lever du soleil jusqu’à son coucher, les hommes travaillaient. Certains moururent à la tâche. D’autres naquirent, pendant que les femmes trimaient seules dans leurs maisons, préparant les repas de tous les hommes de la montagne.

Tout le monde était payé un sou par jour sur les trésors du royaume. Certains en étaient contents, car ils n’en gagnaient pas plus habituellement, d’autres mécontents car ils étaient bien lotis auparavant.

Cinq ans passèrent quand le chef des armées se présenta au roi :

-Le travail est achevé, votre majesté.

Le roi enfourcha son destrier et se rendit à l’ancien emplacement de la montagne, sauf que de montagne rien ne subsistait. Seulement une grande étendue aride.

Tout fier de lui et plein d’orgueil et de satisfaction il reprit le chemin du palais, quand soudain, il aperçut une haute montagne dont il n’avait pas connaissance. Il s’y dirigea.

-Alors qui est le plus grand de nous deux? demanda la nouvelle montagne.

-Toi, répondit le roi dépité.

-Et qui est le plus puissant?

-Moi répondit le roi, je t’ai écrasée.

-Tu as juste réussi à me déplacer, non sans avoir paralysé ton royaume en utilisant tous les hommes en âge de travailler, et en mettant à mal à la fois ton pays et tes trésors. Et sire, laisse moi te dire,

un jour viendra où tu mourras,

et tu seras enterré ici-bas,

et c’est moi qui t’écraserai,

par mon éternité.