#3Janvier1984 Silence

Certains ne s’attendaient peut être pas

A ce que je ne dise rien aujourd’hui

J’y ai pourtant songé

Me taire pour une fois

Garder tout pour moi

Je n’ai peut être pas grand chose à dire

Je sens parfois que je suis lourde

Que j’exagère

Que j’abuse de votre sollicitude

Foutaises que tout cela

Des histoires j’en ai des centaines

Des choses à dire, un millier

Que j’abuse, jamais

Lisez si vous voulez

Ou passez votre chemin

Chaque année j’essaie de raviver la mémoire de mon père

J’essaie de rappeler qui il était

Ce qu’il était pour moi, pour nous tous qui le connaissions

Pour ceux qui le connaissent à travers moi

Ils ont peut être tué son corps

Mais son âme est toujours là

Ses traits, ses manies que je vois dans mes enfants

Je lui parle comme s’il était là.

Peut être qu’un jour j’arrêterai d’en parler

Peut être

Qu’à ce moment-là je l’aurai rejoint.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :