Archive for the ‘Roman’ Category

Extrait de La lignée du Cheikh-L’enfance de Malika

4 avril 2013

Malika se réveille vers 5 heures du matin. Elle se traîne les yeux presque encore fermés vers la cuisine. Là elle prend une « zazoua »* accrochée au mur, y met une cuillère de café turc, une cuillère et demie de sucre, la remplit d’eau froide et la met sur le « kanoun »** qui couvait depuis la veille. Du plus loin qu’elle se souvienne elle a toujours pris un café turc le matin, même enfant, assise sur les genoux de son père dans leur modeste maison. Elle trempait son morceau de pain dans le café de son  père, qui indulgent la laissait faire. Sa mère n’appréciait pas beaucoup mais ne disait rien. Elle se souvenait aussi qu’elle se réveillait toujours aussi tôt. Sa mère l’avait habituée à des réveils brusques et prompts.

« Réveille-toi, le coq a chanté depuis des heures »

« Réveille-toi, les poules vont bientôt se rendormir »

« Réveille-toi, nous ne sommes pas nantis et la vie ne nous appartient pas »

Une fois Malika, rétorqua : « Alors pourquoi m’as-tu appelée Malika mère ? »

« C’est ton père qui t’a appelée ainsi, tu es sa reine. » Elle dit cela mais aucun sourire ne transperça ses lèvres.

Malika ouvrit les yeux sur l’arôme du café qui emplissait la cuisine, elle retira la « zazoua »* du feu et versa le contenu dans sa tasse. Une larme perlait dans ses yeux. Sa mère n’était pas très affectueuse, et Malika croyait maintenant comprendre pourquoi. Elle voulait que sa fille soit dure, pour qu’elle ne souffre pas, comme elle avait souffert. Mais Malika regrettait quand même quelques signes d’affection venant de sa mère. Ça lui aurait peut être donné plus de forces.

*Zazoua : ustensile pour préparer le café dit turc.

SAMSUNG

**Kanoun : pot en argile utilisé comme brasero auparavant pour préparer les repas, les cafés, le thé, réchauffer l’eau. Le kanoun existe toujours en Tunisie, on l’utilise à de rares occasions, pour créer une ambiance d’antan. Pour le méchoui de l’Aïd il s’avère idéal, et procure à la viande un goût unique. Certains l’utilisent encore pour le café turc, car le café obtenu est meilleur que celui préparé sur la gazinière. Pour l’encens en période de mariage ou de fête, le kanoun reprend aussi du service.