Posts Tagged ‘Cauchemar’

Rêves et Prémonitions – Barbu quand tu me tiens!

25 février 2013

Longtemps j’ai hésité avant d’écrire ceci*.

Je me baladais avec une amie à Carthage. Belles rues propres, verdure abondante, soleil Tunisien. Quand  tout à coup deux énergumènes assez effrayants se mettent à nous suivre. Moi et ma copine on accélère le pas. Les deux types nous prennent carrément en chasse. Une femme promenant son chien essaye de s’interposer, l’un des gars s’attaque au chien, et en serrant sa gueule entre ses mains, il lui tord le cou en utilisant les jambes. Puis ils courent à notre poursuite et nous atteignent rapidement, je vois l’un d’eux, en gros plan, il est tout près, horrible, barbu, effrayant, habillé à l’Afghane, je recule,  il tient un couteau que je vois grandir peu à peu dans mon champ de vision, bien aiguisé, il s’apprête à m’attaquer. Je refuse de vivre ça, je ferme les yeux et m’évanouis, c’est comme si je jetais un voile sur une scène horriblement cruelle et crue.

Peu après je me réveille dans un endroit dont je ne soupçonnais pas l’existence. Un endroit sordide, fermé. Je suis séquestrée avec beaucoup d’autres personnes. On se promène librement à l’intérieur de hautes murailles. Il n’y a aucun moyen pour fuir, il y a des gardes armés partout. Tous barbus et tous vêtus pareil. On se rend compte d’être dans une sorte de bunker. Pour la plupart, nous sommes des femmes, mais il y a quelques hommes aussi. Nous sommes asservis…

Je finis par m’habituer. Il ne me manque que mes deux fils. Même la femme au chien nous rejoint plus tard.

* : Ce rêve date de l’aïd El Kébir 2010 (Novembre). Je venais d’accoucher de mon second fils, j’étais chez ma mère pour l’Aïd. J’ai fait de drôles de rêves dont j’ignorais l’origine. 1 mois exactement avant l’incident qui allait déclencher la révolution. 2 mois exactement avant la fuite de Ben Ali. 1 an a peu prés avant l’arrivée des islamistes au pouvoir.

Publicités

Rêve… la Cadillac rose

1 février 2013

Je suis dans une voiture, du style vieille Cadillac rose(*), et je conduis sur une route longeant une falaise. Je rentre chez moi. Je rate un tournant et me retrouve dans le vide, en train de tomber. Comment faire pour éviter une mort certaine, un plongeon de cette hauteur ne me laisse aucune chance. Il me faut un parachute, je n’en ai pas. Par contre je mâche un chewing-gum, je me mets à souffler, souffler, souffler pour faire une bulle grosse comme un ballon de basket. Ça ne conviendra pas, pas assez grande, je la ravale et m’empresse d’en faire une deuxième. Celle-ci est comme un tortillon, et ça ne ralentit guère ma chute. Je n’ai plus le temps d’en faire une autre, et puis ce n’est pas une très bonne idée finalement. Je ne sais pas par quel miracle, mais je m’en sors et me retrouve indemne sur la plage et comme s’il ne s’était rien passé je marche, et continue ma route à pieds vers chez moi. Je rencontre des gosses en train de jouer dans la rue, ils me chahutent un peu, je ne comprends pas pourquoi et ne leur donne pas d’importance. J’emprunte une ruelle, et je vois des chiots, je suis toute contente de pouvoir les caresser, mais tout à coup un tout petit chien croisé apparaît et montre les crocs. Il n’est pas content(**). Je me rends compte d’avoir une lampe torche dans la main, je lui parle d’une voix assurée :

-Va-t-en, rentre chez toi.

Mais il continue à grogner.

-Va-t-en et je m’en irai aussi » et en même temps je commence à reculer.

Il me saute dessus, m’attrape la main et mord de toutes ses forces. Je lui cogne dessus avec la lampe torche, mais c’est comme si je cognais un oreiller, ou dans le vide, aucun choc, il ne ressent rien. Et continue à mordre, ses dents se rejoignent en travers de ma paume et là……….. je me réveille avec une douleur insoutenable dans la main droite….

(*) : ambiance film adapté de Stephen King

(**) : encore Stephen King : Riding the Bullet, la scène du chien qui attaque la nuit m’a trop impressionnée. Une très grande scène d’angoisse avec peu de moyens.

Rêve….destination finale 6

28 janvier 2013

Je sors d’un hôtel ou d’un hôpital (je n’en sais pas plus), mon mari vient me chercher dans ma Golf, garée pas trop loin, en m’approchant de la portière côté passager je me rends compte que ma voiture a été heurtée, et les dégâts se voient sur tout le côté droit. Je ne me fâche pas beaucoup, ça me fait juste un peu mal au coeur et je dis : « Zouhair (le prénom de mon mari), comme d’hab tu m’as bousillée ma voiture?! »

Ensuite je monte et il y a trois passagers -que je ne connais pas- qui montent avec nous à l’arrière. On démarre et Zouhair roule très vite à mon goût, en traversant une route, il ne vérifie pas la circulation, trop tard, on est engagés et je vois un navire immense remorquée par un véhicule invisible, qui arrive vers nous à toute vitesse. On arrive à passer de justesse, mais … CHLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAKH, il nous heurte par derrière, je sens le vent s’engouffrer violemment dans la voiture, tout le monde crie, je sens l’arrière de ma tête et mon oreille gauche exploser, je n’ose pas me retourner, car j’ai trop peur de voir ce qui s’est passé avec les trois passagers. J’entends des gémissements à l’arrière, je leur demande s’ils vont bien, l’un d’eux répond par monosyllabes, trop choqué ou peut être blessé.

Plus tard, on est sur une voie assez large et on roule encore, on se dirige vers un hôpital je pense. Tout à coup, Zouhair s’arrête et descend de voiture pour vérifier un truc, je lui dis bien que c’est pas le moment. Et voilà! La voiture qui se met à reculer toute seule, de plus en plus vite, je panique, Zouhair se met à courir, très vite, (comme Gump* 😉 ) mais ne nous rattrape pas, je ne veux pas aller vers le siège conducteur, j’ai toujours très mal à la tête et j’ai peur de bouger. J’attrape le frein à main et essaie de lever doucement, la voiture fait un embardée vers la gauche par l’arrière, on se retrouve en train de traverser l’autre voie avec les voitures qui viennent à toute vitesse vers nous. Quatre rangées de voitures, on dirait même quelques voitures de rallyes parmi elles, des BMW tunées, un peu penchées comme dans une vraie course. Là je n’hésite plus et en fermant les yeux décide de changer de place et de freiner. Je ne sais pas comment mais aucune voiture ne nous touche, et on arrive à s’arrêter, Zouhair arrive à bout de souffle.

Et….. je me réveille, j’ai la tête et l’oreille gauche en compote, je venais de me rendormir après le départ de mon fils aîné à l’école, je n’ai pas pris la peine de remettre l’oreiller en place, il était trop dur et trop haut.

Oui, mais c’était pas la peine de me faire le remake de « Destination finale » pour ça!!!!!

* Gump : Forrest Gump.