Posts Tagged ‘Rêve’

Je suis un lampadaire

10 février 2013

Je suis de nouveau à Paris.

Paris qui me manque tant.

Paris ma ville de cœur.

Je faisais souvent à pieds toute la promenade des Tuileries jusqu’à la place Charles De Gaulle-Etoile.

Je me trouve sur une place connue, la place de la Concorde, que j’aimais bien. Il y a là un lampadaire terriblement beau.

Je suis cramponnée à ce lampadaire. On me visite comme on visite un zoo, mais plus par curiosité. Car je suis une curiosité.

Je me suis établie ici et je refuse de descendre.

Les autorités sont venues me voir plusieurs fois.

Au début, ils m’ont parlé, ensuite ils m’ont menacée, après ils ont essayé la force.

J’ai menacé de me jeter.  Ils ont laissé tomber.

Je demande seulement de devenir part de cette ville.

Pour toujours.

Pour le temps que ça durerait.

 

 

lampadaire concorde

Publicités

Rêve… la Cadillac rose

1 février 2013

Je suis dans une voiture, du style vieille Cadillac rose(*), et je conduis sur une route longeant une falaise. Je rentre chez moi. Je rate un tournant et me retrouve dans le vide, en train de tomber. Comment faire pour éviter une mort certaine, un plongeon de cette hauteur ne me laisse aucune chance. Il me faut un parachute, je n’en ai pas. Par contre je mâche un chewing-gum, je me mets à souffler, souffler, souffler pour faire une bulle grosse comme un ballon de basket. Ça ne conviendra pas, pas assez grande, je la ravale et m’empresse d’en faire une deuxième. Celle-ci est comme un tortillon, et ça ne ralentit guère ma chute. Je n’ai plus le temps d’en faire une autre, et puis ce n’est pas une très bonne idée finalement. Je ne sais pas par quel miracle, mais je m’en sors et me retrouve indemne sur la plage et comme s’il ne s’était rien passé je marche, et continue ma route à pieds vers chez moi. Je rencontre des gosses en train de jouer dans la rue, ils me chahutent un peu, je ne comprends pas pourquoi et ne leur donne pas d’importance. J’emprunte une ruelle, et je vois des chiots, je suis toute contente de pouvoir les caresser, mais tout à coup un tout petit chien croisé apparaît et montre les crocs. Il n’est pas content(**). Je me rends compte d’avoir une lampe torche dans la main, je lui parle d’une voix assurée :

-Va-t-en, rentre chez toi.

Mais il continue à grogner.

-Va-t-en et je m’en irai aussi » et en même temps je commence à reculer.

Il me saute dessus, m’attrape la main et mord de toutes ses forces. Je lui cogne dessus avec la lampe torche, mais c’est comme si je cognais un oreiller, ou dans le vide, aucun choc, il ne ressent rien. Et continue à mordre, ses dents se rejoignent en travers de ma paume et là……….. je me réveille avec une douleur insoutenable dans la main droite….

(*) : ambiance film adapté de Stephen King

(**) : encore Stephen King : Riding the Bullet, la scène du chien qui attaque la nuit m’a trop impressionnée. Une très grande scène d’angoisse avec peu de moyens.